Tafel-Garten dans GEO

Octobre 2009, Berlin: „Une capitale au grand air“…

Page 80, chapitre: "Tous d'ailleurs mais tous berlinois". Photo: Jan Windszus
Page 80, chapitre: "Tous d'ailleurs mais tous berlinois". Photo: Jan Windszus

A qui la ville de Berlin doit-elle ses asperges, ses choux-fleurs et ses petits-pois ? Aux 20 000 Huguenots chassés de l¹Hexagone par la révocation de l¹Edit de Nantes en 1685. Plus de trois siècles après, séduit par le « swinging Berlin » et la modicité des loyers, un même contingent de Français a élu domicile dans la capitale. Marc Pouzol, lui, a débarqué outre-Rhin en 1994 avec des projets plein la musette. Avec ses complices de l’atelier le Balto, un bureau paysagiste situé dans le quartier «arty» du Scheunenviertel, il essaime ses créations à Paris, Florence et Québec. A Berlin, ses « jardins inachevés », comme il les appelle, redessinent tout en douceur les friches et les terrains vagues qui foisonnent entre les barres d’immeubles. Son but ? Cultiver le regard des Berlinois en brouillant les frontières entre le naturel et l’artificiel, le cultivé et le sauvage.. Un travail au millimètre, tout en poésie et délicatesse, qui exalte la nature buissonnière de la capitale, bâtie au XIIIe siècle sur les rives sablonneuses de la Spree. Et tant pis si depuis dix ans le centre-ville s’urbanise et se bétonne, il lui reste encore de verdoyantes périphéries. «Berlin, confie l’artiste avec le regard des amoureux, on n’en voit jamais le bout ».

Texte de Christele Dedebant.

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.